1-  L’accès à la mer de l’État islamique  [Hugues Eudeline].

L’accès à la mer acquis par l’État islamique par son implantation en Libye et dans le Sinaï constitue un tournant important de la guerre menée par les islamistes. Mouvement qui s’est développé à l’intérieur des terres, il se démarque sur ce point particulier d’al Qaïda qui, après de nombreuses déclarations en ce sens d’Oussama ben Laden, réaffirmait récemment[1] l’importance à donner à l’attaque des flux maritimes énergétique.

La priorité que Daech  a donnée à son implantation territoriale n’exclut cependant en rien des actions d’envergure menées sur les routes maritimes pour autant qu’elles servent sa stratégie.

L’accès à la mer acquis par l’État islamique par son implantation en Libye et dans le Sinaï constitue un tournant important de la guerre menée par les islamistes. Mouvement qui s’est développé à l’intérieur des terres, il se démarque sur ce point particulier d’al Qaïda qui, après de nombreuses déclarations en ce sens d’Oussama ben Laden, réaffirmait récemment[2] l’importance à donner à l’attaque des flux maritimes énergétique.

La priorité que Daech  a donnée à son implantation territoriale n’exclut cependant en rien des actions d’envergure menées sur les routes maritimes pour autant qu’elles servent sa stratégie.

La première cible qui vient à l’esprit du fait de l’environnement géographique est le canal de Suez, principal pourvoyeur de devises de l’État égyptien honni. Pourtant, même s’il est régulièrement l’objet de menaces, toute action d’envergure est très difficile du fait de la protection dont il fait l’objet. Son maintien en activité est en effet vital pour l’économie égyptienne. Quand bien même une attaque de très grande ampleur pourrait le couper, ce ne serait que pendant une durée limitée. En effet, son importance pour le commerce mondial est telle que le soutien militaire de la communauté internationale est plus que probable. A découvert du fait de l’environnement désertique, les forces terroristes regroupées seraient des cibles faciles pour des frappes aériennes et des opérations terrestres limitées. Les dommages matériels faits à l’ouvrage lui-même pourraient être réparés rapidement[3]. Les quelques bateaux éventuellement sabordés pour l’embouteiller pourraient être renfloués facilement.

D’autres types d’opérations sont possibles. Il est probable qu’elle va vouloir accentuer la pratique sur mer d’actions de même type que celles qu’elle mène habituellement sur terre. Il faut donc s’attendre à ce qu’elle instrumentalise le trafic d’êtres humains et cherche à faire des massacres de masse en Méditerranée. Les effets seront potentiellement bien plus graves encore qu’à terre en raison du confinement des personnes à bord des navires ; le transport maritime induit un changement d’échelle très important.

Plan de l'article:

* Les accès à la mer de l’État islamique

*Les menaces nouvelles dans le domaine maritime (Le trafic d’êtres humains, réalité ou désinformation?, les croisières)

*Les opérations menées jusqu’à présent

Hugues EUDELINE

Pour lire l'article dans son entier, consulter la revue 

Outre-Terre  N° 44 d’Outre – terre « la revue de l’Académie européenne de géopolitique", 2015/3 (N° 44), Daech : Menace sur les civilisations  Page 141 à 145

Accessible sur internet à l'adresse http://www.cairn.info/revue-outre-terre-2015-3.htm

 

2-  Autre article : CV (H) Hugues Eudeline, docteur en histoire, Vice président de TETHYS :

  Les opérations maritimes de l’Etat islamique , évolution des modes d’action et de la menace.  http://www.marine-oceans.com/les-grands-dossiers-de-marine-et-oceans/11458-les-operations-maritimes-de-letat-islamique

 

Addendum — 15 novembre 2015:

 

Depuis que l’article a été écrit, deux événements tragiques se sont produits, qui apportent un complément de consistance — si besoin était, à cette thèse. Aucun ne concerne le domaine maritime, mais tous deux suggèrent une évolution de la stratégie ISIS – en cohérence avec l’article – qui pourrait également concerner des actions maritimes à court terme.

Le premier, plus d’une inflexion, est une augmentation des objectifs de l’organisation qui peut s’expliquer par le vide laissé par Al-Qaïda dans la péninsule arabique en raison de la double menace à laquelle il est confronté au Yémen (l’offensive Houthis et l’intervention de la coalition menée par l’Arabie Saoudite au Yémen). Aussi, AQPA est forcée de retarder ses opérations à l’étranger pour le moment. Néanmoins, il a effectué récemment une attaque ciblée très réussie [1] en tuant 12 personnes au journal satirique Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015.

La seconde est que la pression opérationnelle sur les forces ISIS en Syrie — en raison de l’importance de l’appui aérien rapproché fourni par la force aérienne russe aux forces terrestres syriennes régulières – la contraint à adopter une posture défensive qui pourrait se révéler mortelle à court terme. Pour desserrer l’étau, il diversifie son modus operandi et ouvre de nouveaux théâtres d’opérations.

– Le 21 août 2015, l’attentat dans un train à grande vitesse Thalys entre Paris et Amsterdam était la première alerte.

– Le 31 octobre 2015, le groupe Province du Sinaï a abattu un Russe Airbus A-321 au-dessus de la péninsule du Sinaï, tuant 224 personnes.

– Le 13 novembre 2015, plusieurs attaques coordonnées combinant une série d’explosions, des fusillades, et une prise d’otages en masse au cœur de Paris ont tué plus de 128 personnes et blessé 300 autres. L’EI en a revendiqué la responsabilité.
Ces actions sont la preuve d’une modification des tactiques du groupe, qui évoluent vers attaques destinées à infliger des pertes civiles massives en dehors de sa base territoriale.

Autres articles récents sur le même thème d’Hugues Eudeline:

* « Renewed Threats From The Islamic State on the Cruise Industry ». Journal de la Société Royale Suédoise des Sciences navales Tidskrift i Sjöväsendet  N:r 4 2015. December 2015, pp. 346-348.

* « Les opérations maritimes de l’État islamique » Site Marine et océans22 septembre 2015, 13 pages. Accessible sur http://www.marine-oceans.com/les-grands-dossiers-de-marine-et-oceans/11458-les-operations-maritimes-de-letat-islamique

« Threats on the cruise industry – Interview of an expert » Interview réalisée par Philippe Waquet le 11 septembre 2015. Accessible surhttps://www.linkedin.com/pulse/threats-cruise-industry-experts-interview-philippe-waquet

3- Christian Bernard :

*  dans un contexte de fortes tensions entre l'Arabie sunnite et l'Iran chiite, la question des condamnations à mort avec crucifixion.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1428113-ali-al-nimr-condamne-a-la-crucifixion-un-avertissement-lance-a-la-minorite-chiite-du-pays.html

* Conférence sur le théme "religions et vivre ensemble"  UIA 3 décembre 2015

http://uptv.univ-poitiers.fr/program/laicites-savoirs-et-libertes/video/4987/religions-et-vivre-ensemble/index.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Dans le premier numéro de son magazine de propagande « Resurgence » parue le 22 octobre 2014, l’organisation terroriste al Qaïda évoque dans un article très détaillé de plusieurs pages ses plans pour attaquer les grandes plateformes de distribution de pétrole occidentales. «La destruction ou la prise en otage d'un seul superpétrolier dans l’une de ses voies maritimes étroites aurait des conséquences phénoménales »

 

 

 

 

 

 

 

[2] Dans le premier numéro de son magazine de propagande « Resurgence » parue le 22 octobre 2014, l’organisation terroriste al Qaïda évoque dans un article très détaillé de plusieurs pages ses plans pour attaquer les grandes plateformes de distribution de pétrole occidentales. «La destruction ou la prise en otage d'un seul superpétrolier dans l’une de ses voies maritimes étroites aurait des conséquences phénoménales »

 

 

 

 

 

 

 

[3] Ce n’est pas le cas du canal de Panama en raison de sa configuration. C’est par le biais de trois jeux d’écluses situées de chaque côté de l’isthme que les navires peuvent accéder au lac en eaux douces de Gatún qu’il leur faut traverser avant de redescendre vers l’autre océan. Si les écluses d’un des côtés étaient détruites, le lac se viderait et il faudrait environ un an pour le remplir à nouveau et alimenter à nouveau les écluses une fois réparées.