Clain

 

Le département de la Vienne recèle d’innombrables richesses. Sait-on que dans le Loudunais, la rivière la Dive se transforme en canal à partir de Saint-Laon ? Que chaque 29 du mois, la foire des Hérolles attire plusieurs milliers de visiteurs dans ce hameau de la commune de Coulonges situé dans le Montmorillonnais ? Que l’émouvante Fauvette pitchou niche volontiers dans les brandes du Pinail, où se trouve la seule Réserve naturelle nationale du département ? Ces sujets et bien d’autres sont évoqués dans le livre « La Vienne à parcourir »* proposé chez Geste éditions par Jacques Pasquier**, journaliste, et le photographe Christian Roy.

Refléter toute la diversité et la richesse naturelles et patrimoniales du département, telle est l’ambition de ce « beau livre » placé sous le double signe de la rigueur et de la passion. Des paysages aux monuments romans, de la flore à l’agriculture, des sites historiques aux recettes de cuisine traditionnelles, voici une mosaïque de trésors à la portée du promeneur. L’ouvrage invite en effet à (re)découvrir la Vienne en empruntant les multiples sentiers de randonnée qui la sillonnent : chacun des huit chapitres s’ouvre par une sélection de circuits proposés par les collectivités territoriales.

Huit zones paysagères

Chapitre après chapitre, huit zones paysagères naturelles sont décrites et illustrées par de belles et pertinentes photos au fil des pages : la Vallée de la Vienne et les Terres de brandes ; la Vallée du Clain ; les Contreforts de la Gâtine de Parthenay (région de Lusignan et de Vouillé) ; les Grandes Plaines de Neuville ; les Terres de tuffeau (par référence à la pierre calcaire crayeuse qui caractérise le nord de la Vienne, Loudunais et Châtelleraudais) ; les Vallées de la Gartempe et de la Creuse, à l’est ; les Confins granitiques du Montmorillonnais ; les Terres rouges à châtaigniers du Civraisien et la Vallée de la Charente. Un neuvième chapitre fait la part belle aux sites touristiques (Futuroscope en tête) et aux centres animaliers de la Vienne.

Les vallées de la Vienne et du Clain

La paisible rivière la Vienne a donné en 1790 son nom au département qu’elle traverse d’Availles-Limouzine à Port-de-Piles. En coulant du sud vers le nord, elle en constitue l’un des axes verticaux. Son cours, long de 370 km, commence sur le plateau de Millevaches et se termine dans la Loire, en Indre-et-Loire. Sur le plan géologique et paysager, la rivière se fraie un passage dans les Confins granitiques au sud de la Vienne, puis dans les anciennes Terres de brandes (zone de landes à bruyères) au centre du département, et enfin dans les Terres de tuffeau au nord.

La vallée du Clain est également orientée sud-nord. Dans l’Histoire, elle a représenté le point de contact entre le pays d’oc où la tuile est reine et le pays d’oïl où l’ardoise domine. Cette zone de passage a parfois connu des affrontements. Dans les environs de la vallée du Clain se sont déroulées les batailles de 507 entre Alaric et Clovis (vraisemblablement près de Vouillé), et de 1356 entre le roi de France Jean le Bon et le Prince Noir, fils du roi d’Angleterre (à Nouaillé-Maupertuis, à proximité de Poitiers). Au sud de Châtellerault, c’est sans doute entre le Clain et la Vienne, près de Vouneuil-sur-Vienne, que s’est produite la bataille de 732 entre les Arabes venus d’Espagne et les Francs de Charles Martel.

Roselières et Falunières

Dans chaque chapitre du livre, le récit principal est émaillé de textes d’experts (spécialistes du paysage, des plantes, des animaux, historiens, cuisinier…). Tous ces contributeurs éclairent un sujet précis ; citons, pêle-mêle, les coteaux et carrières d’Ensoulesse à Montamisé, les roselières de la vallée du Clain, le protestantisme en pays mélusin, l’abbaye de Saint-Savin, les forêts alluviales, les Landes de Sainte-Marie, la ligne de démarcation durant la Seconde Guerre mondiale, les Falunières de Moulin-Pochas à Amberre, les amandiers du Loudunais, le bâti traditionnel du Civraisien… Des portraits et témoignages donnent en outre leur dimension humaine à l’ouvrage.

La parole aux experts

Pas de doute, ce livre est le fruit d’un travail d’équipe. Conçu en collaboration avec le Conseil général de la Vienne, l’Agence touristique de la Vienne et le Comité départemental de la randonnée pédestre, il a bénéficié des contributions du Conservatoire d’espaces naturels (CEN) de Poitou-Charentes, de l’association Vienne Nature, de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), de l’association Loire Grands Migrateurs (LOGRAMI).

*« La Vienne à parcourir », Jacques Pasquier, photos de Christian Roy, Geste éditions 2012, 242 p, 39,90 euros.

**Membre de l’Institut Jacques Cartier