En l’an VIII (1800) est créé à Poitiers un tribunal d’appel, devenu cour d’appel quatre ans plus tard, ayant compétence sur quatre départements : la Charente-Inférieure (aujourd’hui Charente-Maritime), les Deux-Sèvres, la Vendée et la Vienne.

Ce ressort n’a pas varié depuis plus de deux siècles, signe certain de la pérennité des institutions napoléoniennes dans le domaine judiciaire comme dans beaucoup d’autres.

Didier Veillon se propose d’évoquer à travers ce territoire comment le Consulat et le Premier Empire ont contribué à forger la magistrature moderne.