En passant par Poitiers : voyageurs de l’age baroque

Par Jean Hiernard, historien, universitaire poitevin

Le Poitiers de la fin du xvie et du xviie siècle a vu passer nombre de voyageurs étrangers venus s’initier à la culture et à la langue française tout en suivant les cours de droit de son Université. Ce courant s’inscrivait dans le vaste contexte européen qui a donné naissance au « Grand Tour » et qui préfigurait, pourrait-on dire, nos programmes actuels d’échanges universitaires.

Il y a peu encore, nos connaissances se limitaient en ce domaine à cette affirmation du poète Scévole de Sainte-Marthe s’adressant à notre ville : « Ton école, célébrée / Par les saints oracles d’Astrée (déesse de la Justice) / Fait-elle pas venir à nous / Celuy qui boit les eaux du Tybre, / L’Aleman, le Suisse libre, / Et l’Anglois au visage roux ! » Pourtant, on était bien en peine alors de citer plus de dix noms susceptibles de confirmer cette affirmation. Aujourd’hui, le paysage a complètement changé et l’on comprend beaucoup mieux tout ce qui nourrit ce propos.

Les sources, les méthodes et les premiers résultats d’une recherche menée par le conférencier depuis plusieurs décennies seront présentés à partir d’exemples caractéristiques permettant d’enrichir sans cesse ce chapitre fondamental de l’histoire culturelle européenne et d’en brosser, en quelque sorte, à partir de l’observatoire poitevin, le bilan et les perspectives.