I. L’éthique du droit à l’épreuve des droits de l’éthique. L’ascendant du droit dans nos sociétés est visiblement menacé. L’importance nouvelle de l’éthique dans le droit pourrait bien en être la raison majeure: laisse-t-elle encore place à l’action propre et indépendante du droit ou le conduit-elle à une impasse?

II. L’hypothèse du non-droit de Jean Carbonnier. Le non-droit de Jean Carbonnier, loin de rendre le droit inutile, sert à le rétablir dans ses prérogatives : en posant que ce dernier n’a pas à tout régler, il permet de mûrir une exigence vraie de droit et de justice et d’imposer la responsabilité devant autrui au souci éthique moderne.