Un témoignage hors-pair sur l'occupation : Le Journal (1939-1945) de Me Maurice Garçon(de l’Académie Française) par Pascale Froment et Pascal Fouché.

        Ouvrez ce livre à n'importe quelle page et vous ne le quitterez plus. C'est saisissant et passionnant à la fois. Grand et beau moment de vérité brute sur une période si controversée. L'ouvrage est parcouru d'un bout à l'autre par un souffle de sincérité que l'on admire même si l'auteur peut se montrer parfois outrecuidant, excessif ou injuste. C'est que le Journal n'a jamais subi de la part de son auteur, la moindre retouche, la moindre correction, la plus petite modification. Il est resté ainsi le fidèle miroir d'une société déchirée qui tente de survivre à l'effondrement de 1940 en dépit des maux qui l'accablent : occupation, collaboration, pénuries, vexations multiples, lâchetés de toutes sortes…             

 Le célèbre avocat est de ceux qui n'acceptent pas la situation nouvelle et qui s'offusque de voir grossir le nombre de ceux qui s'en accommodent… à Paris comme à Poitiers. Rappelons en effet que Maurice Garçon possédait un pied-à-terre à Ligugé où il séjourna souvent pendant la guerre [et bien après, la propriété est d’ailleurs restée dans sa famille]. Les conversations avec « ceux qui comptent » [hommes politiques, hauts fonctionnaires, magistrats, avocats, artistes, journalistes, notables et autres] sont rapportées telles quelles sans précaution ni retenue et sans la moindre volonté de censure… C'est un pur bonheur pour l'esprit et pour l'Histoire !  

      On se promène dans ce livre sans difficulté grâce aux annotations sobres, limpides et précises, de Pascale Froment et de Pascal Fouché. Pascale Froment a découvert ce trésor qui dormait sous forme de cahiers d’écolier dans une armoire depuis soixante-dix ans. Journaliste, historienne elle a publié voilà une vingtaine d'années une biographie de René Bousquet qui fait autorité parmi les spécialistes. Pascal Fouché, est historien de l'édition ; il a notamment publié : «L'Edition française sous l'Occupation. 1940-1944 ».

      Ils ont accepté de venir tous les deux présenter cet ouvrage devant les amis de l'Institut Jacques Cartier et nous les en remercions de tout cœur.

[Jean-Henri Calmon]