Michel Richard, notre président fondateur de l'Institut Jacques cartier nous a quitté brutalement fin novembre 2014, voici le texte de l'hommage rendu par Jean-Henri Calmon en prélude à la conférence maintenue début décembre.

"À Michel RICHARD

Nous avons souhaité, mes collègues et moi-même, avant que ne commence cette conférence, évoquer le grand absent de cette soirée, Michel Richard, notre président et ami, brutalement décédé le 23 novembre et que nous avons conduit à sa dernière demeure il y a exactement huit jours aujourd'hui. Je ne retracerai pas ce que fut la carrière de cet homme d’exception, Jean-Pierre Clément, ici présent, l'a remarquablement fait le jour des obsèques et le  texte de cet hommage est paru dans le journal du 26 novembre.

Je ne dirai donc qu'un mot au nom de tous ses amis et de tous ceux qui l'ont connu et aimé.

Michel était l'élégance même : une élégance qui jaillissait spontanément de sa personne, qui procédait d'une profonde richesse intérieure, qui frappait immédiatement ses interlocuteurs. Élégance de la pensée, élégance du discours, élégance des mots, élégance des idées, élégance du cœur…

C'est d'abord cette élégance qui séduisait ses étudiants, de même que tous ceux qui avaient la chance de l'écouter. Michel me faisait penser à ces professeurs des grandes universités britanniques, souvent célibataires, qui se consacrent entièrement à leur enseignement ainsi qu'à ceux auxquels ils le destinent, qui commencent leur cours dans une salle prévue à cet effet et dans un temps imparti, mais qui le prolongent dans le parc,  dans le jardin voire dans la rue, à l'image des maîtres de l'Antiquité que Michel  admirait tant … Quels que soient les lieux, la leçon ne s'interrompait jamais et se poursuivait tard dans la vie des disciples. Nombreux sont ses anciens étudiants qui continuaient de le consulter… Sur toutes sortes de projets ou de sujets pour avoir son opinion … Comme on s'adresse à une source inépuisable de sagesse éprouvée.

Sa culture était considérable, et n'avait de sens dans son esprit que s'il pouvait la partager avec les autres : c'était d'autant plus agréable qu'avec lui tout paraissait simple, car exprimé sans vaines fioritures, mais toujours délicieusement  accompagné d'une savoureuse pointe d'humour. Philosophe, il vouait une passion à l'architecture, à la musique, singulièrement à l'orgue, un peu parente de l'architecture, à la poésie, à  la peinture, au théâtre… Et avec tout cela il régalait ses auditoires sans ne jamais lasser personne en prenant soin d'écouter tout le monde.

Tel était Michel Richard, un homme élégant au sens le plus vrai, le plus élevé et le plus noble du terme.

C’est bien l'image du professeur  distingué et rayonnant, de  l’humaniste spirituel et tolérant, de l’homme attentif aux autres et profondément attachant, que nous garderons toujours vivante en nous…

 Et nous  dédions à sa mémoire cette première soirée sans lui…         "                      

                                                                 Jean Henri Calmon