Depuis plus d'un quart de siècle, la Marine nationale met à jour annuellement un dossier d'information marine (DIM) qui présente de façon synthétique et directement accessible l’essentiel des chiffres de l’année écoulée. Il donne aussi un aperçu des grands chantiers d’actualité et des opérations menées.

Apparaît en particulier dans la dernière livraison un article rappelant qu'au cours de l'opération Harmattan, vingt-sept bâtiments français sont intervenus devant les côtes libyennes, dont la totalité des bâtiments de défense aérienne, des frégates légères furtives, des bâtiments de projection et de commandement (BPC) et des bâtiments de ravitaillement. Quatre des six sous-marins nucléaires d'attaque, dont l'un à deux reprises, ont assuré une permanence sur zone de début mars à fin septembre 2011.

Le porte-avions Charles de Gaulle a été engagé pendant 145 jours, à peine quatre semaines après un déploiement de 116 jours en océan Indien pendant lequel son groupe aérien embarqué (Rafale Marine, Super Étendard modernisé et Hawkeye de guet aérien) a procédé à des opérations de frappes aériennes en soutien des forces terrestres déployées en Afghanistan.

Le rôle des BPC a été très important. Ils ont permis la mise en œuvre d'un groupement aéromobile composé d'hélicoptères de combat de l'ALAT (aviation légère de l'armée de terre) à compter du 18 mai 2011. Ces aéronefs sont intervenus à Brega, Misrata, Tripoli et Syrte sans qu’aucun n’ait été touché. Cela est dû en grande partie à la mobilité du bâtiment porteur qui permettait de se déplacer de plusieurs centaines de milles marins entre deux attaques, les rendant imprévisibles.

Malgré ces succès indéniables et la maritimisation du monde unanimement reconnue, la Marine connaît une déflation inquiétante tant en nombre de bâtiments qu'en effectifs. Au 1er janvier 2012, il n'y avait que 38 810 Marins militaires et civils servant en son sein alors que le plan de déflation de 6 000 emplois commencé en 2008 et qui doit s'achever en 2015 n'était, à cette date, effectué qu'à 78%. Les nouvelles réductions du personnel des armées annoncées par le nouveau gouvernement viendraient en sus. Une application mal dosée aurait un impact certain sur les capacités de contrôle de notre domaine maritime sur tous les océans, le second au monde par sa superficie, ainsi que sur la protection du trafic maritime qui assure la très grande majorité de nos échanges. Sans compter les autres missions comme la permanence de la dissuasion, la lutte contre la piraterie, le sauvetage en mer, la lutte contre les trafics illégaux…

La dernière livraison du DIM est accessible sur le site

http://www.defense.gouv.fr/marine/au-fil-de-l-eau/le-dim-chiffres-et-donnees-2012-de-la-marine-est-paru/%28language%29/fre-FR#SearchText=dim#xtcr=7

Pour les passionnés, ces informations peuvent être utilement complétées par l'application iPhone gratuite « Marine nationale » qui comprend plusieurs rubriques éclectiques dont une mappemonde, la flotte, les implantations, une encyclopédie des différentes spécificités de la Marine (grades, organisation, nœuds, sonneries de clairons rythmant la vie à bord…), etc.